La dépression chez le cheval

De récents commentaires poussent les chercheurs à établir de nouveaux modèles éthologiques de la dépression. Les premiers modèles éthologiques de dépression ont été basés sur des observations de jeunes singes et des poussins socialement défavorisées qui, après une phase de protestation, ont fait place au « désespoir comportemental » en devenant hypoactif, silencieux et ne répondant plus à leur environnement.
Cependant, de nos jours, la plupart des avis remettent en question ces modèles et leur viabilité dans le fait de pouvoir les transposer sur l’homme (notamment dans les traitements). Les chercheurs penchent aujourd’hui davantage vers des études basées sur des animaux vivants dans des conditions plus naturelles.
De par la restriction sociale et spatiale, mais aussi leur interaction avec les humains, et le fait de devoir travailler avec un « chef », les chevaux semblent ouvrir une fenêtre d’étude sur l’étiologie complexe de la dépression humaine.

Pour ce faire, l’équipe a étudié 59 chevaux de trois centres équestre entre janvier et juin 2007. Les chevaux vivaient en box (3X3) paillés et curés tous les jours, ils étaient nourris trois fois par jour avec des granulés et une fois par jour avec du foin, et disposaient chacun d’abreuvoir automatique. Ils travaillaient 4 à 12 heures par semaine, avec des enfants et des adolescents aussi bien en manège, qu’à l’extérieur ou en concours. 78% étaient des Selles-Français, les autres majoritairement ONC. Âgés de 5 à 20 ans, 44 d’entre eux étaient des hongres et les 15 autres, des juments.

Tous les chevaux ont été observés en box, sur des sessions de 5 min 3 fois par jour (9-11 h, 2-5 h et une demi-heure avant les repas), et également observés durant deux sessions de 30 min. Toutes les observations ont été faites par un seul observateur. Tous les comportements ont été enregistrés et une attention particulière a été accordée aux périodes « prostrées », c’est-à-dire aux épisodes d’immobilité, lorsque les chevaux affichent une posture inhabituelle, debout les yeux ouverts, l’encolure étirée et le dos à la même hauteur que le garrot.

Les chevaux ont ensuite passé plusieurs tests (stimulation sensorielle, environnementale et mesure du stress par analyse de cortisol). Pour le test de stimulation tactile, les chevaux prostrés réagissent moins bien que les chevaux « non prostrés ». Pour le test environnemental (humain qui surgit), les chevaux prostrés avaient tendance à montrer plus d’indifférence. Enfin pour le dernier test, les chevaux prostrés affichaient un taux de cortisol inférieur, ce qui corrobore les études de la dépression humaine.
En tout, 24% des 59 chevaux ont affiché au moins une fois une attitude prostrée. Tous ces chevaux étaient de la même race (SF), surreprésentés dans l’échantillon, mais pouvant signifier une cause génétique. Les juments ont également été surreprésentées (33%), alors qu’on ne compte que 20% d’hongres concernés. Enfin, un centre équestre présentait plus de chevaux déprimés que les deux autres.
SOURCE : Towards an Ethological Animal Model of Depression? A Study on Horses

Sur le même sujet :

Publicités

3 réflexions sur “La dépression chez le cheval

  1. Ce n’est pas étonnant, combien de fois on a vu des chevaux de club obtenir cet posture et ce regard abattu. Les chevaux ne sont pas des animaux fait pour vivre en boite, comme tous d’ailleurs. Seuls les humains supportent cette condition, mais parce que personne ne nous l’oblige… j’ai toujours du mal à voir des écuries avec des trentaines de chevaux enfermés dans des boites à attendre que la vie s’écoule lentement.

    J'aime

  2. Très intéressant, je retrouve tout à fait Fakir au début de notre relation (tiens, un SF !).
    J’aime beaucoup le passage sur la comparaison avec une vie humaine « journalière » avec un « patron » etc. Très juste, pour la majorité des chevaux.

    Je précise juste, je ne sais pas si tu l’as noté quelque part ? Que le cortisol est une hormone sécrétée par les glandes surrénales et qui intervient dans la prise de décision face à un élément perturbateur. C’est un peu l’hormone de la réactivité ;)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s