Ulcères gastriques équins : les recours naturels

Crédit photo

Mise à jour : octobre 2015

Avant tout traitement, parlez-en d’abord avec votre vétérinaire.

Aujourd’hui, seul l’omiprazole (Gastrogard) est approuvé pour le traitement des ulcères gastriques équins (UGEs), onéreux et chimique, il existe aussi des alternatives naturelles pour les prévenir et les soulager.

L’aloé vera
L’aloé vera détient certainement les meilleurs résultats en termes de traitement d’UGEs. C’est une plante mucilagineuse. Afin d’en conserver toutes les propriétés, il est important que le processus de production ait été entièrement réalisé à froid.

Propriétés générales de l’aloé vera :

  • Apports de nutriments essentiels à l’équilibre alimentaire des chevaux, sous une forme particulièrement assimilable : les nutriments sont sous leur forme naturelle dans le mucilage juste stabilisé à froid ;
  • Action anti-microbienne et anti-fongique ;
  • Action régulatrice du système immunitaire par stimulation des lymphocytes T et des macrophages ;
  • Action cicatrisante des épithéliums, cutané et digestif en particulier ;
  • Régule le transit digestif, stimule l’appétit ;
  • Contribue à la brillance de la robe du cheval et à la qualité des sabots ;
  • Aucun effet secondaire et aucune contre-indication avec des traitements allopathiques.

Quantité conseillée :

  • Chevaux à l’entraînement, prévention des ulcères gastriques : 100 ml par jour, si possible en deux prises, avant le repas, 1 à 3 mois (3 bidons pour 1 mois),
  • Aide à la cicatrisation des ulcères gastriques : 200 ml par jour en deux prises séparées des repas, un mois (6 bidons) puis 100 ml par jour en préventif, un mois minimum.

SOURCE : Affaire Aloe Vera

L’orme
L’orme est également une plante mucilagineuse. Ayant des propriétés similaires à l’aloé vera, elle peut y être associée pour de meilleurs résultats. Elle s’utilise sous forme de poudre, et celle-ci doit être de couleur claire.
A noter : il semblerait que la production de cette poudre affecte les populations amérindiennes locales.

La guimauve
S’il est parfois difficile de se procurer de la poudre d’orme rouge, on peut opter pour la guimauve : elle a les mêmes propriétés et contient des mucilages.

L’aloé vera, l’orme et la guimauve ne sont pas seulement bénéfiques pour les cas d’UGEs mais soutiennent la digestion en général. Ils peuvent être administrés à long terme sans effet négatif.

La réglisse
La réglisse est une plante aux propriétés anti-ulcéreuses (elle libère un épais mucus protecteur), anti-inflammatoires, anti-bactériennes et anti-fongiques. La réglisse est une plante puissante (ayant notamment des effets sur l’hypertension artérielle) qui doit être utilisée à court-terme.

La consoude
Les feuilles de consoude ont des vertus adoucissantes et cicatrisantes.

La papaye.
La papaye.

La papaye
La papaye stimule l’épaississement de la paroi de l’estomac du cheval et offre une protection contre l’excès d’acide. Elle stimule également l’appétit, apaise les membranes de l’œsophage et de l’estomac, et aide en cas de troubles inflammatoires de l’intestin. Dans une étude publiée dans le numéro de mars 2005 dans The Horse Journal qui traite des effets de la papaye sur les ulcères, il est écrit « soulagement rapide dans les trois à cinq jours ».

Le miel
Le miel, aux vertus apaisantes et cicatrisantes, peut également soulager les ulcères. Les miels de romarin et de lavande sont les plus appropriés.

L’argile verte
L’argile verte peut être utilisée en interne comme un nettoyant périodique de l’appareil digestif. Elle a un effet nettoyant sur la muqueuse gastro-intestinale, les micro-organismes et les parasites. Ce traitement est intéressant pour aider les chevaux qui ont développé des ulcères suite à des douleurs dues à une blessure ou suite à un stress émotionnel.
C’est un complément à administrer à hauteur d’une cuillère à soupe, deux fois par jour, pendant une période de 2 à 3 semaines. L’argile peut absorber vitamines et minéraux, elle ne doit donc pas être administrée à long terme.

Les fleurs de Bach
Si les ulcères sont de cause émotionnelle, les fleurs de Bach peuvent s’avérer utiles. Dans ce cas, on peut opter pour un traitement de plusieurs jours (15 jours ou plus), à hauteur de 5 gouttes/jour de Rescue (à déposer sur un sucre par exemple).

Bibliographie :

  • Hilary Page Self, Des plantes pour soigner mon cheval, Zulma, 2011

Sur le même sujet :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s