Le syndrome de Cushing équin

Crédit photo

Nom commun : Syndrome de Cushing équin
Nom français : Dysfonctionnement du Lobe Intermédiaire de l’Hypophyse (DPIP)
Nom anglais : Pituitary Pars Intermedia Dysfunction (PPID)

Le syndrome de Cushing équin
La maladie de Cushing est le trouble le plus commun du système endocrinien équin. La communauté vétérinaire préfère l’appeler par l’acronyme PPID, car il fournit un nom plus précis de la maladie. Généralement, ce trouble se produit chez les chevaux âgés, l’âge moyen d’apparition étant de 19 ans (mais on a rapporté des cas plus jeunes).
Le système endocrinien est composé de glandes qui communiquent avec d’autres glandes, qui communiquent alors avec des organes, par l’intermédiaire de signaux d’hormones qui circulent dans le sang. Chez les chevaux touchés par le PPID, le système de communication de la glande hypophyse ne fonctionne pas normalement. Ce manque de communication contribue à la production de niveaux anormalement élevés de nombreuses hormones.

Le PPID touche environ 30% de la population de chevaux et poneys, en général les plus de 15 ans.
Certains chevaux peuvent être à la fois touchés par le PPID, et par le syndrome métabolique équin (SME).

Signes cliniques et diagnostic
Signes cliniques :

  • hirsutisme, mue difficile, poil bouclé ;
  • fourbure ;
  • transpiration excessive ou inappropriée ;
  • fonte musculaire ;
  • léthargie ;
  • aspect ventru ;
  • augmentation de la soif / production d’urine ;
  • prédisposition aux infections ;
  • cicatrisation lente.

Il est préférable de réaliser un test lorsque les chevaux et poneys ont des signes cliniques suspects, et ce afin de mettre en œuvre un plan de traitement et de gestion pour éviter la fourbure. Par ailleurs, il arrive également que les chevaux atteints soient résistants ou insuffisants à l’insuline, il faudra adapter le régime alimentaire.
Tester les chevaux et poneys qui souffrent de fourbure inexpliquée, ou ceux qui réagissent mal au traitement permettra d’identifier le PPID comme un facteur sous-jacent.
Les nouvelles recommandations sur les tests.

Les chevaux atteints de cushing ont besoin de soins.
Les chevaux atteints de cushing ont besoin de soins.

Traitements et soins
Les traitements visent à réguler la neurotransmission, il en existe plusieurs, du fait de leur coût et de leur durée (à vie), c’est un consensus entre le vétérinaire et le propriétaire. Cela n’exclue pas les soins, bien soignés les poneys et chevaux atteints peuvent espérer une vie longue et heureuse. Il faudra surtout veiller à :

  • un suivi dentaire régulier (risque d’infections et d’abcès, et difficulté à les soigner) ;
  • un suivi parasitaire personnalisé (l’immunodépression peut conduire à un surparasitisme) ;
  • un suivi du podologue ou du maréchal (risque d’abcès, de fourmilière et de fourbure) ;
  • tondre le poil l’été ;
  • maintenir un poids optimal ;
  • en cas d’insulinorésistance, l’alimentation doit être réduite en glucides (hydrates de carbone ou carbohydrates en anglais) ;
  • la vitamine E et les oméga-3 préviennent la dégénérescence de l’hypophyse.

Compléments alimentaires
Des compléments alimentaires à base de plantes existent pour aider les chevaux atteints de PPID :

Pour aller plus loin :

Publicités

6 réflexions sur “Le syndrome de Cushing équin

  1. Attention ! Il existe une forme de Cushing beaucoup plus difficile à repérer.

    Dans le cas de mon Pur de 28 ans, j’avais juste remarqué que la mue d’hiver partait plus lentement et qu’il devenait très coléreux. Je m’étais résignée à une sorte de sénilité, jusqu’au jour où je l’ai vu convulser.

    Il s’agit de crises d’épilepsie qui durent peu de temps (environ 30 secondes) ce qui explique qu’elles soient rarement repérées. Mais après, le cheval est très désorienté, avec de gros problèmes d’équilibre. Il se blesse fréquemment.

    Seule une prise de sang confirmera le diagnostic.

    Le traitement est simple, peu coûteux et rapidement efficace.

    Au bout de trois jours, j’ai vu son regard changer, au bout d’une semaine plus de colères ni d’atteintes. Un confort de vie simple à leur offrir, à condition d’y penser.

    J’ai perdu un an à entendre que mon cheval avait des coliques !

    « Il ne faut pas en vouloir aux vétérinaires qui n’ont pas pensé au Cushing », m’a dit le vétérinaire qui l’a repéré, « On ne voit pas beaucoup les vieux chevaux… ».

    J'aime

    1. Contente que son confort de vie et finalement sa vie se soient améliorés si vite ;)
      J’aimerais savoir quel est son traitement ? car mon p’ti b@loo bientôt 29 ans a été dépisté cet été et le test s’est révélé positif… le seul traitement que l’on me propose est le Prascend et ce médicament est coûteux alors je suis surprise de lire « Le traitement est simple, peu coûteux et rapidement efficace ».
      Merci d’avance :) l@ure

      J'aime

    2. Oui, il s’agit du Prascend. B@loo semble de petite taille (vu sur FB), 1/2 comprimé devrait suffire.
      1 euro par jour, c’est peu pour améliorer considérablement sa qualité de vie.
      Vous le verrez tellement soulagé !
      Tenez-moi au courant.

      J'aime

  2. Bonjour, mon cheval a un Cushing depuis 3 ans, il est sous PRASCEND 1 comprimé par jour et j’ai été témoin de genre de syncope dimanche dernier. Apparemment c’est bien des crises d’Epilepsie qui durent très peu de temps également et ça doit faire au moins un an qu’il se blesse je ne sais comment soit dans son boxe soit en pature, donc je me dis qu’il doit avoir ses crises depuis 1 an au moins.
    Mais il est déjà sous PRASCEND donc je m’interroge par rapport à votre témoignage Michèle Lambour.
    La véto vient aujourd’hui faire une prise de sang à mon cheval. C’est un pur sang anglais de 22 ans.
    Je vous tiendrai au courant…

    J'aime

    1. Oui Céline, tenez-moi au courant du résultat de la prise de sang. Le cas de votre Pur ressemble au mien. Etes-vous certaine qu’il prend bien son comprimé ? Je regarde si vous êtes sur FB.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s