Comment organiser le transport son cheval dans les meilleures conditions

Crédit photo

Le chargement est une étape stressante même pour les chevaux habitués, et le transport en soi est une source de stress propice à l’apparition d’ulcères gastriques.

La préparation
Un transport demande quelques préparations :

  • éducation : habituer son cheval à embarquer (opter pour les systèmes d’embarquement bas, car les pentes raides sont sources de stress), à rester calme dans la remorque fermée, et voyager sur de petits trajets ;
  • stress : préférer organiser un voyage avec plusieurs chevaux afin de le minimiser ;
  • véhicule : choisir un véhicule sécurisé, entretenu et confortable (notamment parce que le trajet sollicite les articulations du cheval, certains chevaux en sortent souffreteux) ;
  • réglementation : vérifier que tout est conforme (papiers obligatoires, vaccins, transpondeur, etc.) et constituer une liste de numéro d’urgence ;
  • urgence : préparer une trousse à pharmacie, se munir d’un couteau (pour détacher le cheval en cas d’urgence), et vérifier la présence d’un extincteur ;
  • eau : prévoir une réserve d’eau ou l’accès à des points d’eau sur le trajet.

Protections
Les protections permettent de soutenir les tissus et les articulations durant le trajet, mais elles peuvent aussi causer des surchauffes déconseillées pour les tendons. Il revient donc au propriétaire de choisir des matériaux adaptés, et de bien ventiler la remorque. Les protections se révèlent intéressantes pour :

  • les membres (surtout si le cheval est ferré) : des protections de transport et des protèges glomes ;
  • les yeux peuvent également être protégés grâce à des protections oculaires spécifiques ;
  • les grands chevaux ou les plafonds bas : protège-nuque ;
  • les chevaux qui s’appuient sur le fond : protège-queue.

Par ailleurs, il est préférable d’éviter de couvrir son cheval, sauf par temps froid.

L’attache
Les chevaux doivent être attachés pour des raisons de sécurité (certains chevaux parviennent à se retourner) et de confort (soutien de la tête).
Par mesure de sécurité :

  • prévoir un lien d’attache, type ficelle à ballot qui ne résiste pas, mais cède en cas de panique ;
  • laisser une longueur suffisante pour que le cheval puisse bouger, mais qu’il puisse totalement baisser la tête (il peut se coincer sous la barre d’attache et paniquer) ;
  • préférer un licol en cuir (plus facile à couper en cas d’urgence, surtout pas de licol américain).

Le foin
La distribution de concentrés est fortement déconseillée à cause du risque de colique, mieux vaut préférer le foin qui limite l’ennui et le stress. Celui-ci comporte néanmoins plusieurs inconvénients :

  • s’il est mal suspendu, il risque de se décrocher et d’attérir entre les jambes d’un cheval ;
  • il peut être source de disputes ;
  • la poussière est irritante pour les yeux et les voies respiratoires : préférez un foin peu poussiéreux ou ayant été trempé dans l’eau.
Voyager... aux USA.
Voyager… aux USA.

La ventilation
Un cheval est bien préparé au froid, il ne faut le couvrir que si réellement c’est nécessaire. Il arrive fréquemment de voir des habitacles surchauffés, visible lorsque de la buée apparaît sur les vitres, une bonne ventilation est donc indispensable :

  • adapter la ventilation par rapport à la température extérieure, la taille de la remorque, le nombre de chevaux, les couvertures éventuelles, et la construction même de la remorque ;
  • vérifier que la sortie des gazes d’échappement (à savoir que le diesel est plus toxique que l’essence) n’est pas proche de l’aération ;
  • autre source d’irritation : l’ammoniaque dégagée par la macération de la litière et de l’urine ;
  • un cheval qui porte longtemps la tête haute (pendant 24 heures au moins) risque également d’accumuler des sécrétions dans les voies respiratoires qui peuvent, avec l’accroissement de bactéries, provoquer une infection.

Durant le trajet
Durant le trajet, il faut :

  • adopter une conduite souple ;
  • préférer les autoroutes ;
  • planifier des pauses de 15 à 20 min toutes les 4 à 6 heures qui permettront d’abreuver les chevaux ou de les laisser uriner.

A l’arrivée
Fraîchement débarqué, les principales recommandations sont les suivantes :

  • marcher le cheval pour rétablir les fonctions locomotrices et libérer les toxines accumulées ;
  • laisser une période de repos au calme ;
  • concernant surtout les voyages longs (plus de 8 heures), surveiller les signes vitaux (température et rythme cardiaque) pendant les 2/3 premiers jours ;
  • le cheval perd du poids durant le transport, il ne faut pas être tenté de nourrir le cheval avec de grandes quantités de concentrés.

Concernant la perte de poids :

  • la quantité de poids perdu peut varier 0,45 à 0,55% de la masse totale du corps (environ cinq à six kilos pour un pur-sang par exemple) par heure de transport ;
  • les chevaux qui voyagent plus de 12 heures peuvent jusqu’à 5% de leur poids corporel.

Accident
En cas d’accident, le premier réflexe est d’appeler les secours et de ne pas intervenir, le risque étant d’être soi-même blessé (un cheval paniqué est incontrôlable) ou de causer d’autres accidents si le cheval parvient à s’échapper.
Si besoin, les sauveteurs pourront administrer un sédatif pour extraire les animaux sans risque, transmettez toutes les informations dont vous disposez et qui seront utiles pour l’intervention.
Prévoyez toujours un extincteur en cas de début de feu.

En cas d'accident, appelez les secours et ne soyez pas tentés d'intervenir.
En cas d’accident, appelez les secours et ne soyez pas tentés d’intervenir.

Pour aller plus loin :

Publicités

2 réflexions sur “Comment organiser le transport son cheval dans les meilleures conditions

  1. Bonjour, encore un bon article, merci. Mais il me semble qu’il aurait été bon de préciser qu’il vaut mieux ne pas faire sortir l’animal sur les aires de repos. Ou pensez-vous que si ? (par ex. pour uriner…) cordialement,

    J'aime

    1. Bonjour,

      Oui, il est clair qu’il ne faut pas sortir le cheval pendant les pauses (hormis s’il s’agit d’une étape, dans ce cas, un box/paddock est loué pour la nuit). Certains chevaux n’urinent que si le véhicule est arrêté, d’où leur nécessité.
      Merci pour avis. ;)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s