Pourquoi et comment choisir un café responsable

L’origine du café est africaine, éthiopienne plus précisément. Il a d’abord été consommé par les pèlerins musulmans avant de conquérir l’Europe.

Une culture fragile et victime du réchauffement climatique

Comme pour le chocolat, le café est une affaire de pays riches produit par des pays moins riches… Et pour les industriels, les enjeux économiques sont colossaux.
Tandis qu’il s’enrichissent de plus en plus, les producteurs eux, peinent à vivre décemment et à pérenniser leurs cultures touchées par le dérèglement climatique.

Dans le cadre de sa campagne Un café à l’équité, l’association Commerce Équitable France a réalisé une excellente vidéo expliquant l’envers du décor de ce marché.

Ce qu’il faut retenir :

  • 80% des productions sont des petites productions familiales,
  • le chiffre d’affaires mondial est de 200 milliards d’euros,
  • en France, 3 industriels se disputent 81% des parts du marché,
  • à cause du dérèglement climatique, certaines productions s’appauvrissent et leurs conditions de vie se dégradent,
  • à cause du dérèglement climatique, les producteurs ont de plus en plus recours aux traitements chimiques (pesticides, insecticides…),
  • quelle que soit la forme de café produit (grains, moulu, soluble) dosette, capsule), le producteur vend son café au même prix alors que le consommateur peut constater des variations de prix/kg extrêmement différentes en rayon : 15 euros le kg pour du café moulu et 45 euros/kg pour du café en dosette,
  • les capsules et dosettes rapportent des bénéfices immenses aux industriels.

En d’autres termes, le café est un business juteux pour les industriels, beaucoup moins pour les producteurs et la planète !

Ethique, équitable, écologique et délicieux

Un bon café, c’est un café :

  • torréfié artisanalement,
  • équitable,
  • écologique : agriculture bio, agroforesterie,
  • vendu en vrac ou en gros dans un packaging léger.

Ce qu’il faut éviter :

  • les torréfactions industrielles,
  • les petits conditionnements qui génèrent beaucoup de déchets,
  • les capsules : même si l’aluluminium est recyclable, il est peu recyclé,
  • les gobelets : ils contiennent une fiche couche de plastique qui rend leur recyclage impossible.

Le petit plus c’est de consommer son café dans une tasse en verre plutôt que céramique : en cas de casse, le verre rentre dans le circuit simple du recyclage alors que la céramique cassée doit être apportée à la déchetterie (et c’est rarement le cas). En puis, le verre sublime la couleur du café, impossible de s’en lasser. 🙂

Où trouver du café durable

Café Michel et Javry sont deux petites entreprises proposent des cafés durables issus de circuits très courts.

Un café sans machine

Le café signifie aussi machine, et qui dit machine dit aussi ressources rares, énergie, plastique, réparation et recyclage difficile…
Il existe plein de solutions pour faire son café sans électronique, et elles sont souvent moins chères et moins encombrantes :

  • la cafetière italienne en inox,
  • la cafetière à piston ou french press,
  • la cafetière manuelle à filtre permanent,
  • la cafetière à dépression.

Bonne dégustation !