La sellerie durable : côté cheval

Dans cet article, je vous propose des alternatives saines et écologiques pour composer une sellerie plus durable. Ça vous tente ? Donc c’est parti !

Il n’y aucun lien commercial dans cet article.

La selle
Le cuir c’est naturel, mais ce n’est pas forcément le matériau le plus écologique et le plus éthique.
De plus en plus de nouveaux cuirs végétaux sont développés. Et en matière de sellerie, une récente innovation a fait parler d’elle : la selle « Oak » développée par GT Concept (désormais Devoucoux) et fabriquée en grande partie de liège.

Le liège est léger, imperméable et ne nécessite aucun entretien. Et tout le comme le cuir, il se patine et se teinte en plusieurs coloris.

Le prix de la selle reste encore assez élevé et la conception doit encore faire ses preuves du côté cheval et cavalier·ère, mais on peut saluer l’effort dans ce domaine.

Le tapis
Les fibres naturelles sont plus respectueuses du cheval, de l’environnement et ont d’excellentes propriétés techniques : absorption des pressions, respiration, séchage…

Le tapis est un matériel que l’on lave fréquemment et comme on le sait, les fibres synthétiques se désagrègent à chaque lavage. Nous avons donc tout intérêt à privilégier les matériaux naturels comme le coton, la laine (dont le feutre) ou le renne (rare).

De rares marques comme St-Eb et Equiline proposent même des tapis en coton naturel (non teinté).

La sangle
La sangle en corde fait son grand retour ! Cette conception est une merveilleuse alternative aux sangles synthétiques. Notamment parce qu’elle gère particulièrement bien la pression, souvent mieux que les sangles synthétiques même dites « anatomiques ».

Elle est facile à trouver en équitation américaine, un peu moins en équitation anglaise. Toutefois, on trouve quelques artisans comme Sellerie de Songe ou JD Custom qui travaillent la fibre de mohair et qui par conséquent, proposent des modèles entièrement personnalisables.

On trouve aussi ces mêmes sangles en coton, Krämer en a récemment référencée une, en version longue et courte et à tout petit prix.

Sangle en mohair, JD custom.

Le couvre-rein & le chauffe-dos
Ces équipements sont souvent faits de microfibres polaires ou de tissu céramique.

Un plaid ou une couverture en laine française peut parfaitement remplacer un couvre-rein et un chauffe-dos. Et l’avantage d’utiliser cette fibre naturelle est qu’elle ne créée pas d’électricité statique.

La couverture peut être fixée avec une sursangle et être pliée en plusieurs épaisseurs afin de chauffer la zone voulue.

Attention, la laine (merinos, mohair, cachemire…) est un matériau dont il faut connaître l’origine. La laine en provenance d’Australie, de Nouvelle-Zélande, de Chine, d’Argentine, d’Iran est issue de grands élevages qui sont souvent peu soucieux des animaux (je vous laisse faire vos recherches à ce sujet, c’est assez dégueulasse).
C’est pourquoi, je préfère un produit non-spécialisé, mais dont je connais l’origine.

Ainsi, on trouve des plaids en laine française chez :

Choisir de la laine locale permet aussi qu’elle ne finisse pas à la poubelle !
En effet, ces dernières décennies à cause de la concurrence mondiale, plus personne n’achetait la laine des petits élevages et celle-ci était tout simplement jetée ! Financer des filières de valorisation permet donc de sauver ce matériau précieux et de préserver le pastoralisme (car cette source de revenu est importante pour les bergers).

Et même si je sais qu’il existe des couvres-reins pour chevaux en laine, je ne les cite pas pour les raisons citées au dessus : on ne connait pas l’origine de la laine, ni la composition exacte du tissu. Pour des produits vendus plus de 150 euros, je trouve ce manque de transparence assez déplorable.

Plaid en laine française tissée à la main, Ardelaine.

Les brosses
Les inconditionnels du pansage bien fait le savent : les plus belles et les meilleures brosses sont en bois et poils naturels.
Elles sont douces, font briller le poil et ne créent pas d’électricité statique.

Les poils de ces brosses sont extraites sur des animaux morts, je conseille donc :

  • d’avoir juste le nécessaire, cela ne sert à rien de posséder le kit complet,
  • de choisir un bouchon en fibres naturelles issues de plantes,
  • de bien les entretenir, car ce sont des brosses plus fragiles,
  • de les stocker correctement, à l’abri de l’humidité et des moisissures.
La gamme Classic Line, Showmaster.