La sellerie durable : côté cavalier·ère

Après avoir traité la partie cheval, parlons ici de la partie cavalier·ère.
Dans ce domaine là aussi, on peut trouver des alternatives plus écologiques, plus techniques et souvent moins chères à ce qui est proposé dans les rayons spécialisés.

Il n’y aucun lien commercial ou partenariat dans cet article.

Choisir ses vêtements
Les fibres synthétiques posent d’importants problèmes :

  • ce sont des fibres issues de la pétrochimie,
  • elles se désagrègent à chaque lavage et polluent désormais l’ensemble du cycle de l’eau (même dans les eaux réputées pures, on en trouve) ainsi que les sols,
  • elles sont difficilement recyclables et lorsqu’elles le sont elles continuent à polluer à chaque machine…

Heureusement, on peut trouver très facilement des alternatives aux fibres synthétiques, le choix est même de plus en plus facile et de plus en plus large : coton bio, tencel/lyocell, laine et même chanvre.

Le tee-shirt
Le tee-shirt est certainement la pièce écologique la plus facile à trouver.
On trouve en coton bio, en lycocell (ou tencel) et même en chanvre.

Parmi les marques équestres qui proposent des vêtements en coton bio : La Cavalière Française et Horses & Leaves

Le pull & la polaire
L’alternative au pull synthétique ou au pull en polaire est un pull en laine.
La laine offre d’excellentes propriétés thermiques, elle isole, mais reste respirante.

Je vais citer ici la marque Ardelaine qui est une coopérative française spécialisée dans la confection de vêtements et de matelas en laine.
Elevage – tonte – tissage – fabrication – vente : l’ensemble du circuit est français et sollicite de petites manufactures.
Ce sont ces petites entreprises qu’il faut faire fonctionner parce que les produits proposés sont d’une qualité bien supérieure à celle que l’on trouve sur le marché conventionnel et parce que cela permet de préserver un savoir-faire unique.

En mi-saison, on peut choisir un simple sweatshirt en 100% coton, bio de préférence. On en trouve assez facilement et à des prix raisonnables.

Pull, Ardelaine.

Le pantalon
Les pantalons d’équitation ressemblent de plus en plus à des leggings, sauf qu’ils sont tous composés de fibres synthétiques. Pour trouver des compositions en fibres naturelles, il faut se tourner vers d’autres sports et là on trouve même du coton bio, comme chez Gossypium.

Legging, Gossypium.

La veste
Pour les équipements outdoor, type vestes imperméables, on trouve là aussi des conceptions plus écologiques.
La boutique RandoEco propose un panel de marques qui vont dans ce sens.

Les conceptions écologiques que l’on peut trouver :

  • sans PFC : les perfluocarbures sont des composés d’atomes de carbone et de fluor. Très volatiles, persistants aussi bien dans la nature que dans le corps humain, ils sont impliqués dans nombre de problèmes : contribution à l’effet de serre, contamination environnementale, perturbateur endocrinien (Source : RandoEco).
    Les matériaux imperméables et déperlants sont les principaux visés par les PFCs.
  • le label OEKO-TEX : conception sans produits chimiques toxiques. Les analyses portent sur l’ensemble de la chaîne de fabrication.
  • Global Organic Textile Standard (GOTS) : au moins 70% du produit est en fibres naturelles biologiques.
Veste Oeko Tex et sans PFC, Lafuma.

L’écharpe (ou tour cou) et le bonnet
Comme le pull, le meilleur choix pour un bonnet ou un tour de cou est une confection en laine.
Là, encore je vais citer Ardelaine, mais on peut trouver d’autres artisans ou encore les réaliser soi-même !

Les chaussettes
Il est difficile de trouver une bonne composition de chaussettes, c’est-à-dire avec un maximum de coton et un minimum de fibres synthétiques.
Les chaussettes sont des vêtements qui s’usent vite et qui sont beaucoup lavés, la composition de leur tissu a donc toute son importance.

Je n’ai pas trouvé de chaussettes d’équitation composée à 98% de coton, mais j’ai trouvé un modèle haut auprès de Peau Ethique composées à 98% de coton bio et fabriquées de manière équitable.
Peau Ethique est une petite entreprise française engagée à faire bouger l’industrie du textile. Sa créatrice rédige aussi de nombreux articles assez transparents et francs sur le milieu du textile qui sont d’intéressantes lectures.

Les boots
Comme je n’ai trouvé aucune conception intéressante dans le marché spécialisé, je me suis tournée vers le marché non-spécialisé et j’ai trouvé les merveilleuses boots de chez Will’s Vegan Shoes. Ces sont fabriquées à base de céréales cultivées en Scandinavie et de caoutchouc recyclé, elles sont vegan et made in Portugal.

Boots, Will’s vegan shoes.

Les bottes
On trouve désormais des bottes en cuir végétal réalisée à base de peaux de fruits ! C’est la marque DeNiroBootCo qui a récemment lancé l’innovation avec les DeNiroGreen, le tout made in Italy.
On peut aussi citer les très connues bottes Aigle, fabriquées en France et réalisées en caoutchouc naturel, elles sont réputées pour leur longévité.

La cravache et stick de dressage
Cela peut paraître un peu fou, mais l’alternative tout simple aux cravaches et sticks de dressage, c’est une branche d’arbre souple. C’est gratuit et si elle est perdue, elle ne créera aucun déchet.

C’est la classe une baguette en bois, non ? Le cavalier, c’est Brent Branderup.

Le déodorant
Réduire son empreinte passe aussi par le choix de son déo. Il y a plusieurs possibilités et je préfère celles qui n’engendrent pas trop de déchets et sans ingrédients toxiques.

Depuis quelques temps, je réalise moi-même mon déo et de toutes les solutions que j’ai pu testé, celle-ci est la meilleure par dessus toutes.
Il faut simplement mélanger de l’aloé vera (2 cuillières) et du bicarbonate de soude (1 cuillère), de préférence cosmétique (très fin). Cela me prend en tout 3 min à réaliser. Efficacité garantie en toute situation !

La crème solaire
Les crèmes solaires contiennent des perturbateurs endocriniens et d’autres composés chimiques toxiques pour les coraux. Et même si on ne part pas à la mer, ces substances s’écoulent dans la douche et finissent donc aussi dans l’océan.
Il existe des crèmes solaires bonne pour la peau et respectueuse de l’environnement. On les trouve souvent en boutique bio, elles sont composées de filtres minéraux et ne contiennent pas de nanoparticules.