Cosmétique zéro déchet : et pourquoi pas des ressources naturelles issues de la récup’ ?

Il n’y a pas que dans la cuisine que l’on trouve des astuces anti-gaspillage, la salle de bain cache aussi quelques ressources souvent méconnues.

Donc si vous avez envie d’aller plus loin dans votre démarche zéro déchet ou tout simplement de valoriser ces filières, voici de quoi attiser votre curiosité.

Les beurres végétaux
On trouve principalement deux beurres végétaux issus de la récupération : le beurre de cacao et le beurre de mangue.

Le beurre de mangue n’est pas issu du fruit, mais de l’amande de son noyau, c’est donc un beurre végétal anti-gaspi’ qui de très bonnes propriétés pour la peau et les cheveux.
Il est principalement produit en Inde.

Le beurre de cacao est issus des fèves trop petites pour le secteur du chocolat. Le beurre de cacao est donc un moyen de ne pas gaspiller ces fèves précieuses et assure un complètement de revenus aux cultivateurs.

Les huiles végétales.
Il existe de multiples huiles issues de la récupération. Ces huiles sont obtenues à partir des amandons, des noyaux et des pépins des fruits qui sont récupérés auprès des huileries ou des confituriers.

Nom Type de peau Origine
Huile de pépins de raisin Peaux mixtes ou grasses. Européenne
Huile de pépins de framboise Peaux normales et/ou matures. Européenne et canadienne
Huile de noyaux de cerise Peaux ternes, matures. France, Afghanistan
Huile de noyaux d’abricot Convient à toutes les types de peaux. Turquie, Ouzbékistan, Pakistan, Kenya
Huile de noyaux de mirabelle Peaux sèches (similaire à l’amande douce). France
Huile de noyaux de prune Peaux sèches (similaire à l’amande douce) et/ou matures. France

Les huiles essentielles
Les huiles essentielles aux agrumes (citron, orange, mandarine, pamplemousse…) sont extraits à partir des peaux des agrumes, collectées auprès des industriels de jus de fruits et autres. Ce ne sont pas vraiment des huiles, mais des essences, connues pour leurs effets relaxants.
Attention : elles sont photosensibilisantes et restent des ingrédients à utiliser avec parcimonie.

Les hydrolats
Quand on distille une plante pour obtenir de l’huile essentielle, il reste un liquide aqueux issu de ce processus, c’est l’hydrolat. Tous les hydrolats sont donc, de par leur nature, des ressources issues de la récupération.
L’hydrolat (aussi appelé eau florale) aura des propriétés similaires à l’huile essentielle, mais dans une version beaucoup moins concentrée.

Ils peuvent être utilisés comme tonique pour la peau, comme parfum corporel ou d’ambiance et certains peuvent même être consommés sous forme de boisson.

Conclusion
Utiliser des ingrédients cosmétiques issus de la récupération permet de valoriser des filières agricoles plus durables. Je trouve que cette liste est assez large et très intéressante, cela laisse champ larges de solutions et de réflexions sur le sujet.