Faut-il donner de la biotine à son cheval ou plutôt que faudrait-il lui donner pour qu’il ait de beaux pieds ?

pied nu biotine

Est-ce que la biotine est l’ingrédient miracle pour que son cheval ait de beaux pieds ?

Le teasing ne va pas continuer longtemps : non, c’est d’ailleurs l’un des derniers ingrédients pour lequel il faut se soucier.

Cet article ne substitue pas aux conseils de votre vétérinaire/nutritionniste.

De quoi le pied a-t-il besoin ?

Comme de nombreux tissus, le pied est principalement composé de protéines.
Il y a parmi les éléments constitutifs des protéines, ce que l’on appelle les acides aminés. Il y a les acides aminés essentiels – ceux que l’organisme ne peut pas fabriquer – et les acides aminés non essentiels – ceux que l’organisme est capable de fabriquer. Les acides aminés assurent différents rôles et sont indispensables pour le bon fonctionnement de l’organisme.
Parmi les trois acides aminés essentiels limitants dans la ration du cheval, il y a la méthionine qui intervient notamment dans la fabrication des phanères (corne, poil). On parle d’acide aminé limitant, quand celui-ci est indispensable, mais naturellement peu présent dans la ration.
Une mauvaise qualité de corne peut donc indiquer une carence en méthionine.

La corne est également composée de kératine.
Pour être produite, la kératine a notamment besoin de cuivre et de zinc, deux oligoéléments déficitaires dans la ration du cheval. Les carences sont fréquentes chez le cheval et elles se traduisent souvent par un état du pied dégradé.

La biotine (aussi appelée vitamine B8 ou H) intervient également dans la fabrication de la corne, mais le cheval la synthétise naturellement, donc les carences sont rares.

Que faut-il penser des compléments spéciaux ?

Les compléments spéciaux ou riches en biotine sont en réalité, rarement bien formulés.

Alors, c’est sûr, ils contiennent de la biotine… mais souvent à des doses élevées et inutiles. Comme nous l’avons dit, le risque de carence est faible chez le cheval, cela ne sert à rien de doper sa ration.

En revanche, le risque de carence est beaucoup plus concret pour ce qui est de la méthionine, du cuivre et du zinc et il est rare de trouver des compléments qui en contiennent à des doses correctes.

Concrètement, les besoins journaliers minimaux pour un cheval de 500 kg sont de :

  • 5 g de méthionine,
  • 200 mg de cuivre,
  • 600 mg de zinc.

J’ai vu des compléments ravis de fournir :

  • 0,3 g de méthionine,
  • 15 mg de cuivre,
  • 100 mg de zinc.

Autant dire qu’il ne faut pas en espérer des miracles.

Ensuite si vous trouvez les doses parfaites, il faut également vérifier deux choses :

  • la biodisponibilité des oligoéléments, car certaines formes sont mieux assimilées (chélate, poly, hydroxy, glycinate), que d’autres (oxyde, sulfate),
  • le rapport cuivre/zinc qui doit être compris entre 0,33 et 0,44 (selon Wolter).

Sous forme de cure ou pas ?

Le pied a besoin des bons nutriments, aux justes doses tout au long de l’année.
Le principe de cure est à bannir, car cela entraîne une effet yoyo : la pousse s’améliore sur 1/2 cm puis redevient médiocre.

La solution pour avoir des pieds est donc de composer une ration équilibrée, contenant entre autres : des protéines de qualité et des doses relativement élevées en cuivre et zinc.

Les chondroprotecteurs peuvent également améliorer l’état du pied. Notamment parce que celui-ci est composé de cartilage.
Parmi les chondroprotecteurs, on peut choisir le méthylsulfonylméthane (MSM) parce qu’il n’est pas issu de source animale.

C’est ensuite une histoire de calcul, mais les apports peuvent être distribués par un aliment concentré, un CMV ou un voire plusieurs compléments spécifiques.

Enfin, il ne faut pas négliger le parage. Assurer l’entretien régulier fait partie des conditions sine qua none pour obtenir un pied fort, sain et fonctionnel parce qu’une bonne complémentation n’empêchera pas le pied de casser s’il est trop long.

Conclusion

La santé des pieds est aussi un indicateur de la santé globale du cheval. Donc, quand l’état du pied se fragilise, il faut faire des recherches plus en amont.

Conclusion : une cure de biotine n’est pas une solution, il faut réévaluer la ration dans sa globalité.