Mes favoris équestres : selle, tapis, amortisseur, étriers, sangle

Enfin un article pour parler selle et tapis ! 😀

Mes critères de choix quand je choisis du matériel équestre

Je choisis mes produits en fonction de différents critères :

  • l’adaptabilité côté poney et cavalière,
  • la facilité d’entretien,
  • l’éthique quand c’est possible : fabrication européenne, choix des matériaux, cruelty free, etc.

La selle : Wintec

Dans ma vie de cavalière, je n’ai que des selles synthétiques. J’aime leur facilité d’entretien, leur imperméabilité et leur robustesse. Les selles en cuir ne m’attirent pas beaucoup.
J’ai aussi de plus en plus de mal à utiliser du cuir, donc je suis contente quand je peux l’éviter.

J’ai commencé avec des Wintec, puis j’ai eu des Thorowgood, et puis je suis revenue à Wintec.

Pourquoi Wintec ?
D’abord la nature des panneaux : ils sont en Cair et donc, contrairement à la laine, ils ne craignent pas la déformation.
La laine, c’est bien… quand on peut l’entretenir. Sinon ça se retourne contre le cheval et le·la cavalier·ère :  ça devient dur, ça fait des boules et ça se moule en fonction des asymétries.
Je trouve aussi qu’entretenir des panneaux en laine est une lourde logistique : il faut trouver un·e pro, il faut qu’il·elle soit compétent·e, disponible… le·la faire venir au moins 2/3 fois par an, cela donc demande du temps (poser potentiellement une demi-journée pour le rdv), de l’argent (déplacements + visite + entretien)… et quand la selle part à l’atelier, on se retrouve à nu.
Donc pour ma part et pour toutes ces raisons, j’ai laissé tomber les panneaux en laine et je me suis tournée vers un matériau moins contraignant.

Revenons au sujet : pourquoi Wintec ? Parce que ce sont des selles techniques : on trouve différents types de sièges, de quartiers, de positions de sanglons, de couteaux d’étrivières, de taquets…

Leur plus grande force, c’est leur aussi adaptabilité qui a fait leur succès : on peut réaliser de petits ajustements (arcade, cales) sans forcément faire venir un·e pro à chaque fois.

Et enfin : le choix. La marque propose une large gamme de selles, que ce soit en jumping, dressage, randonnée, loisirs qui elles-mêmes sont déclinées pour les chevaux, les poneys, les larges et les hauts garrots.

Ma selle est une Wintec mixte 500 Hart modèle Square Cantle (siège ouvert).
J’ai choisi ce modèle parce que :

  • le sanglage est droit,
  • les boudins sont plus fins que les selles de dressage (pour mieux libérer les épaules),
  • le siège est plutôt étroit,
  • elle n’est pas encadrante (je n’aime pas les selles encadrantes).

Bref, la selle parfaite !

Le tapis : Equiline

Pour le choix du tapis je suis (très) exigeante, il me faut un tapis : bien coupé, respirant, qui se déforme pas dans le temps, de préférence en matériaux naturels et respectant une certaine éthique (lieu de fabrication, pas de cruauté animale, etc).
Pas facile de trouver un tapis qui respecte tous ces critères, du coup je me suis souvent tournée vers des conceptions que l’on ne trouve pas dans les selleries conventionnelles et puis, à force de recherches et d’essais, j’ai finalement trouvé le tapis parfait : Equiline.

Ces tapis réunissent tous les critères : ils sont beaux ok, mais ils sont surtout bien coupés, respirant, rigides et fabriqués avec des matériaux non toxiques pour le cheval (du coton naturel non teinté pour le dessous) et ils contiennent une mousse légèrement amortissante, ce qui leur confère un avantage technique par rapport aux autres.
Ce sont des tapis qui vieillissent bien et qui ne se déforment pas.

Touche finale : ils sont made in Italy.

L’amortisseur : Equest

Je cherchais un amortisseur pour apporter une touche de confort supplémentaire pour mon poney.

Sur les conseils de Simone Ravenel (dont je vous conseille son site Equimetric.net, une petite mine d’or de conseils) , j’ai opté pour le pad Equest V3 de chez Equest.

Je suis super contente : il est assez fin et joue tout à fait son rôle d’amorti.
Il peut aussi être utilisé comme correcteur ! Il suffit de l’ouvrir et de placer les cales.

Quand la mousse blanche sera tassée, je la remplacerai pas du feutre en laine. Une solution de customisation qui préservera mon portemonnaie et la planète. 🙂

Cet amortisseur a aussi l’avantage d’être efficace sans coûter un bras (environ 85 euros).

Il est fabriqué en Allemagne, ce qui aussi un plus.

Les étriers : Compositi

Dans ce domaine là, je ne suis absolument pas difficile : j’aime les étriers simples et surtout, légers.

Du coup, j’ai opté pour le modèle Premium de chez Compositi fabriqué en Belgique.

La sangle : Picasso

Pour la sangle, je me suis résolument convertie à Picasso.

Elle n’a que des avantages :

  • elle convient pour les peaux sensibles (elle est très utilisée en endurance),
  • elle ne craint pas la transpiration et elle s’entretient facilement,
  • elle répartie très bien la pression,
  • elle peut convenir à de nombreuses morphologies,
  • elle est déclinée dans une multitude de tailles.

Je crois que je ne pourrais plus choisir autre chose et mon poney aussi !

Là encore une conception européenne comme je les aime : les sangles sont conçues en France et fabriquées en Espagne.

Les autres articles

  • licol, bridon et embouchure (à venir)
  • le matériel de pansage (à venir)
  • couverture, fly mask et panier de régime (à venir)