Alimentation équine : poil brillant et pommelures

Comment obtenir un poil brillant par l’alimentation et avec un peu de chances, augmenter l’apparition de pommelures.

Le fourrage

Le socle de l’alimentation du fourrage, c’est le fourrage, sous forme d’herbe ou de foin.

Un manque de fourrage et/ou un fourrage de mauvaise qualité se reflétera sur l’état du poil.

Distribuer du fourrage en quantité et en qualité est donc la première étape.

Pour rappel : un cheval de 500 kg mange 2 à 3% de son poids en fourrage par jour, soit 10 à 15 kilos.

Les vitamines

Une bonne complémentation en vitamines A et E est nécessaire en hiver ou lorsque le cheval est nourrit au foin tout au long de l’année, notamment parce qu’une carence peut ternir le poil.

Les oligo-éléments

Une bonne complémentation en oligo-éléments va apporter du brillant, mais surtout une belle coloration.

En effet les carences en cuivre et zinc sont fréquentes et elles sont particulièrement visibles sur le pelage foncé où le poil et les crins s’éclaircissent et se cuivrent.

Sur les chevaux noirs, les carences en cuivre et zinc sont facilement visibles.

Une bonne complémentation en cuivre et zinc permet donc de maintenir une belle pigmentation : 200 mg en cuivre et 600 mg en zinc pour un cheval de 500 kg à l’entretien.
Ces oligo-éléments sont mieux absorbés quand ils sont de souches organiques.

Les oméga-3

Les oméga-3 sont des acides gras essentiels qui influent sur la qualité du poil et notamment sur sa brillance.
Une carence en oméga-3 peut se traduire par un poil terne, rêche et des crins cassants.

On peut envisager une complémentation lorsque le cheval est nourri avec du foin ou quand l’herbe s’appauvrie en fin de saison.

Des sources d’oméga-3 :

  • les graines de lin : elles se conservent facilement et sont riches en protéines,
  • l’huile de lin : l’huile est plus concentrée en oméga-3, mais elle est difficile à conserver,
  • les graines de chia,
  • l’herbe fraîche.

Les acides-aminés

Les acides-aminés, on en parle peu et pourtant ils ont de grands effets sur la robe.

Si les chevaux de haut niveau ont la robe brillante, ce n’est pas seulement parce qu’ils sont impeccablement brossés, c’est parce que leurs rations sont souvent mieux pourvues en acides aminés.

Les trois acides aminés limitant chez le cheval sont : la lysine, la thréonine et la méthionine.

Mon article sur les acides aminés : Les acides aminés dans l’alimentation du cheval, des nutriments essentiels et sous-estimés

Le printemps, la saison de référence

Le printemps est souvent une saison de référence, parce que c’est souvent à cette saison que nos chevaux sont les plus beaux. Et la raison est simple : sur le plan nutritionnel, l’herbe de printemps fournie des doses plus élevées en vitamines, oligo-éléments, oméga-3 et acides-aminés.

Ses apports sont supérieurs et cela se répercute sur l’état du poil.

C’est aussi, à cette période de l’année que les pommelures apparaissent !

Le but sera alors de faire perdurer cette richesse nutritionnelle tout au long de l’année.

Un petit avant/après

Voici Cidjy, une pur-sang arabe qui appartient à mon amie Alexandra et qui écoute mes conseils depuis quelques années. 🙂

Les photos ont été prises à plusieurs années d’intervalle mais durant la même saison : en plein hiver.

Sur la première photo, Cidjy est nourrie au foin et herbe + CMV.
Sur la deuxième photo, Cidjy est nourrie au foin et herbe + même CMV + petit supplément en cuivre et zinc organiques + acides aminés.

Cet exemple illustre bien les effets de quelques petits ajustements. 😉