Le choix cornélien du shampoing écologique

Shampoing liquide, solide ou savon ? Quand on veut choisir un shampoing bon pour nos cheveux et bon pour la planète, on se confronte à trois grands dilemmes : les tensioactifs, le ph et l’emballage. Comment choisir ?

Les tensioactifs
Il existe 3/4 catégories de tensioactifs: les agressifs, les moins agressifs, les doux et les ultra doux. Pour la peau et ses cheveux, il faut privilégier des tensioactifs doux et ultra doux parce qu’ils lavent sans décaper.

Cependant, les tensioactifs posent deux problématiques environnementale :

  • leur fabrication : elle est assez obscure, on ne sait pas comment et avec quoi ils sont fabriqués, ni si les déchets issus du processus sont correctement traités,
  • leur biodégradabilité : les TA sont nocifs pour l’environnement et peu atteignent une biodégradabilité à 100% (ils se collent dans les sédiments).
L’association Surf Rider alerte sur l’emploi massif des TA et leurs conséquences sur la vie aquatique.

Le ph du cuir chevelu
Le ph du cuir chevelu (et de la peau) est un ph naturellement acide (autour de 5.5), cette acidité créée une barrière naturelle contre les bactéries et les levures.

Qu’ils soient liquides ou solides, les shampoings composés avec des tensioactifs ont un ph plutôt acide, ils sont donc de facto, plutôt bien adaptés aux cheveux.

A la différence des shampoings, les savons, eux, ne contiennent pas de tensioactifs. Leur ph est neutre voire alcalin, ce qui les rend en théorie, moins adaptés pour la peau et les cheveux. C’est pourquoi on recommande souvent un rinçage au vinaigre dilué afin de rétablir le ph.
Mais l’intérêt du savon est sa nature écologique : étant donné qu’il ne convient pas de tensioactifs, il est biodégradable. Ses matières premières sont beaucoup mieux traçables et sont utilisées dans leur forme brute.

La peau a un ph de 5,5.

Solide ou liquide ?
La version solide du shampoing a un atout certain : c’est zéro déchet.
Toutefois, comme nous l’avons vu, les tensioactifs atteignent rarement une biodégradabilité de 100% et un shampoing solide en contient beaucoup (entre 60 et 90%) par rapport à un shampoing liquide (entre 15 et 25%). Du coup, on peut légitiment se demander si la version solide est vraiment la solution écologique contre les déchets.

Une piste pour les départager serait peut-être sa fréquence d’utilisation. Pour un usage plutôt modéré, le shampoing solide est une solution intéressante ; pour un usage fréquent, le shampoing liquide semble plus approprié.

Au-delà de l’emballage, une concentration élevée en tensioactifs peut être à l’origine d’irritations et d’assèchement du cuir chevelu. A contrario, l’absence de tensioactifs peut les alourdir et les rendre poisseux. Il faut donc aussi que le shampoing soit toléré par les cheveux.

Résumé et comparaison

Shampoing liquide avec TA doux Shampoing solide avec TA doux Savon
Environnement Concentration raisonnable. Leur concentration élevée pose question Pas de TA, donc solution écologique.
PH Respecté. Respecté. Pas respecté, nécessite normalement un rinçage au vinaigre.
Emballage En général : une bouteille plastique.
Possible : gros conditionnement, recharge.
Zéro déchet Zéro déchet

Liste de shampoings naturels (marques européennes)
Voici une liste de marques proposant des compositions clean, sans ingrédients controversés.
Toutes les marques proposées ici sont indépendantes et n’appartiennent pas à de grands groupes (oui, j’ai aussi vérifié ça).

Shampoing liquide :

  • Ballot Flurin,
  • Centifolia
  • Cosmo Naturel
  • Odylique

Les grandes contenances permettra d’alléger un peu la facture plastique.

Shampoing solide :

  • Druydès
  • Kari’T Care
  • Pachamamaï
  • Wash Wash Cousin

Savon :

  • Gaiia
  • Karethic
  • Kari’T Care
  • Les Essentiels
  • savon d’Alep, de Marseille (sans huile de palme)
  • … le choix est vaste.

Si un shampoing d’une marque vous intéresse et que vous doutez d’un ingrédient, vous pouvez toujours interroger les sites INCI Beauty et La vérité sur les cosmétiques qui vous donneront leur avis.

Conclusion
En matière de shampoing, il y aura toujours un compromis à faire : biodégradabilité ? emballage ? ph ? Certaines marques renoncent même à s’engager parce qu’elles n’arrivent pas à choisir. De mon point de vue, je pense que choisir une composition clean et qui convient aux cheveux, c’est déjà un grand pas en avant.