Ce que les études nous révèlent sur les boiteries

Modifié le 18/02/2018

Avant de s’intéresser aux études, je trouve intéressant de faire une liste des boiteries les plus fréquentes par discipline.

Les boiteries les plus fréquentes en dressage :

  • inflammation (ou déchirure) de la partie supérieure du ligament suspenseur,
  • maladie articulaire dégénérative du jarret,
  • maladie dégénérative et l’inflammation du métacarpe avant,
  • inflammation de l’articulation du genou,
  • inflammation de la gaine du tendon fléchisseur,
  • fractures de stress de l’os du canon.

Dans une étude similaire à celle mentionnée plus haut, chez les chevaux de dressage du Royaume-Uni, il a été montré qu’un tiers de près de 2600 chevaux avait un problème de boiterie au cours de leur carrière. Parmi ceux-ci, 50% des chevaux de Grand Prix et environ 20% des chevaux à d’autres niveaux.
SOURCE : Why is lameness so common in dressages horses?

Les boiteries les plus fréquentes en CSO

  • desmite du ligament suspenseur,
  • tendinite du tendon fléchisseur superficiel,
  • tendinite du tendon fléchisseur profond,
  • inflammation du ligament suspenseur,
  • inflammation de la gaine du tendon fléchisseur.

SOURCE : Lameness and Performance in the Sport Horse: Show Jumping

Les boiteries les plus fréquentes en complet

  • inflammation d’un ligament suspenseur,
  • blessure du tendon suspenseur,
  • inflammation du tendon fléchisseur superficiel,
  • traumatisme du genou,
  • douleur au pied et problèmes de maréchalerie,
  • atteintes,
  • arthrite traumatique du boulet et les articulations du paturon,
  • maladie dégénérative des articulations du jarret,
  • inflammation de la gaine du tendon fléchisseur,
  • douleur de la région sacro-iliaque et du dos.

SOURCE : Lameness and Poor Performance in the Sport Horse: Eventing

Maintenant une petite compilation d’études menées sur les boiteries.

Près de la moitié des chevaux de sport seraient boiteux
Une étude britannique réalisée entre 2011 et 2012 a tenté de comprendre les facteurs de la selle qui glisse (ou qui tourne) d’un côté. Les chercheurs ont montré que dans la majorité des cas, le glissement de la selle est causé par la boiterie d’un membre postérieur. Mais cette étude a également permis de soulever un autre sujet : sur les 506 chevaux de sport étudiés, près de la moitié ont été déclarés boiteux. Ces résultats montrent que beaucoup de boiteries passent clairement inaperçues, la formation des entraîneurs et des cavaliers, ainsi que l’indicateur de glissement permettraient donc de mieux les détecter.
SOURCE : The interrelationship of lameness, saddle slip and back shape in the general sports horse population

Des chevaux de haut niveau mal préparés
Un comportement de conflit est une réponse manifestée lorsqu’un animal éprouve des difficultés face à un inconfort physique ou mental, le plus souvent en signifiant une résistance.

Des chercheurs polonais et irlandais ont observé le comportement de 150 chevaux de dressage et de saut d’obstacles de haut niveau (50 en dressage et 100 en CSO) et leurs résultats montrent que les nombreux rapports conflictuels enregistrés indiqueraient un manque de préparation. Des résultats en contradiction avec le code de conduite de la FEI qui stipule que les chevaux doivent être entraînés en fonction de leurs capacités physiques et du niveau de la compétition. Ces comportements, observés seconde par seconde, comprenaient :

  • des secouements de tête,
  • des mains tirant sur les rênes,
  • des bouches béantes,
  • des sifflements/fouaillements de queue.

Les chercheurs ont enregistré plus de mains qui tiraient en CSO, en particulier à l’abord de verticaux et de combinaisons, tandis qu’en dressage, ils comptaient davantage de sifflements de queue. Bien que les fouaillements apparaissent lors de l’exécution de figures complexes, il n’y a pu avoir de distinction significative. A noter également que les chevaux de dressage présentaient plus souvent un nez derrière la verticale et une tête plus basse que les chevaux de CSO. En termes de bien-être, ces résultats sont préoccupants, c’est pourquoi les chercheurs suggèrent que l’apparition de ces comportements mérite un examen plus approfondi dans le cadre du code conduite de la FEI.
SOURCE : Conflict behavior in elite show jumping and dressage horses

Les cavaliers amateurs et professionnels identifient mal les boiteries
Dans une étude britannique portant sur 57 chevaux, tous étaient considérés réguliers par leur cavalier. En effectuant plusieurs tests : 27 étaient boiteux (dont 7 sous la selle), 20 chevaux étaient réguliers, mais réévalués quelques jours après, 6 d’entre eux ont été déclarés boiteux, enfin 24,6% (14 chevaux) étaient sains en toute circonstance.

  • 26,3% (16 chevaux) étaient boiteux en main,
  • 42,1% (24 chevaux) étaient boiteux en longe sur un terrain mou et 40,4% (23 chevaux) sur un terrain dur,
  • 47,4% (24 chevaux) étaient boiteux montés et 12,3% (7 chevaux) ne boitaient que lorsqu’ils été montés.

SOURCE : Subjective gait assessment of 57 sports horses in normal work: a comparison of the response to flexion tests, movement in hand, on the lunge and ridden

Les cavaliers ne savent pas détectés les asymétries de leurs chevaux
Une étude suédoise a montré que sur les 222 chevaux étudiés, 161 ont montré des signes de boiterie. Mais aucun cavalier n’a pu déceler ces asymétries, pas même les cas les plus sévères.
SUITE DE L’ARTICLE

48% des chevaux d’endurance déclarés boiteux ne sont pas suivis dans les 12 mois
Une étude britannique s’est penchée sur 190 questionnaires de cavaliers d’endurance. Les chiffres révèlent que sur les 147 chevaux déclarés boiteux (80%), 22% ont été immédiatement examiné, 44% ont attendu une semaine, 7% deux semaines et 28% plus longtemps encore.
SUITE DE L’ARTICLE

Crédit photo

3 commentaires sur « Ce que les études nous révèlent sur les boiteries »

  1. Le paramètre des pieds n’est pas pris en compte dans cette évaluation, pourtant tout est lié. Pourquoi les chevaux ont des problèmes de dos ? En tant qu’ostéopathe les boiteries sont montantes ou descendantes. Si elles sont montantes, le problème vient du pied ou d’une articulation d’un membre qui entraîne des compensations notamment au niveau du dos. Mais également, s’il y a un problème de maux de dos, on aura une irrégularité, voire une boiterie d’un membre. dans ce cas, il s’agit d’une lésion descendante. Bon, je vulgarise mais c’est le principe…

    J'aime

  2. Je ne suis pas surpris de constater que la proportion de chevaux boiteux est plus importante à haut niveau. Comme dit plus haut, le fait d’être sous tension créée de réelles douleurs physiques pour ces chevaux – tout comme avec les humains d’ailleurs…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.