Nourrir son chat sans croquettes ?

Modifié le 12/09/2018

Cet article ne substitue pas aux conseils de votre vétérinaire ou d’un nutritionniste.
Ici sont proposés des pistes de réflexions et quelques astuces, mais en aucun cas un mode opératoire complet (difficile de compiler toutes les informations en un seul article). Si l’aventure vous tente, renseignez-vous bien avant de vous lancer.

Un article qui me tient à cœur, en lien avec ma réflexion globale sur notre alimentation et celle de nos animaux. Cela m’a demandé des mois de recherches et près de 300 analyses de boites et de croquettes, ce que je vous propose ici est donc un condensé.

Les maladies d’origine alimentaire
Premier constat, le chat est touché par de graves maladies ou troubles d’origine alimentaire : diabète, obésité, pancréatite, syndrome urinaire félin, insuffisance rénale, allergie, plaque dentaire, diarrhée, vomissement, boulimie… L’alimentation n’est pas censée rendre malade, détériorer des organes ou pire, causer la mort de l’animal. Dans le viseur : les régimes alimentaires déshydratés, pauvres en protéines et trop riches en glucides, autrement dit la majorité des croquettes.

Alors que faire ?

Dans tous les cas, il faut procéder un rééquilibrage alimentaire, en misant sur des protéines animales de qualité, un taux de glucides bas, des minéraux et des vitamines, et de l’eau bien sûr.
A l’opposée de l’alimentation sèche (croquettes), on trouve donc l’alimentation dite humide dont on distingue :

  • l’alimentation humide dite industrielle sous forme de boites, de barquettes et de sachets,
  • l’alimentation crue composée de viandes, d’abats, d’os et de compléments,
  • la ration ménagère à base de céréales (riz), de viandes, de fibres et de compléments.

Pourquoi nourrir son chat avec une alimentation humide
Sur le plan de la santé, il y a beaucoup d’avantages à nourrir son chat avec une alimentation humide :

  • les aliments sont hydratés ce qui réduit le risque de SUF ou d’insuffisance rénale,
  • l’équilibrage alimentaire prévient du diabète et du surpoids,
  • les chats bien nourris ont généralement une meilleure santé dentaire,
  • grâce à une nourriture adaptée à leur organisme, les chats sont moins exposés aux intolérances et problèmes digestifs,
  • la qualité et la quantité de protéines animales ainsi que la présence d’eau augmentent le niveau de satiété,
  • les compositions sont plus transparentes et les ingrédients peuvent être mieux tracés.

L’alimentation humide industrielle
Concernant ce mode d’alimentation, il est préférable de choisir des compositions complètes sous forme de barquette, sachet ou boites et de petits conditionnements (sauf pour les grandes grandes familles), car les chats se lassent vite.
Un chat peut être exclusivement nourri avec de la pâté, mais le petit plus est de proposer une fois à deux par semaine un os charnu cru comme un cou de poulet ou une aile afin d’entretenir la mâchoire et de brosser les dents.

Sur le marché du sans céréales (ou presque), on trouve :

  • Animonda Carny
  • Animonda vom Feinsten Adult
  • Catz Finefood
  • Defu
  • Forthglade
  • Wild Country
  • Granatapet
  • Grau
  • Leornado Finest selection
  • Lily’s kitchen
  • Mac’s
  • O’Canis
  • Petnatur
  • Power of Nature
  • Real nature
  • Schmusy (recettes sans pâtes)
  • Terra Faelis
  • Terra Pura
  • Thrive

L’alimentation crue
L’alimentation crue est l’alimentation idéale et celle qui se rapproche le plus de l’alimentation naturelle du chat. Dans le cru, on compte quatre types de régimes :

  1. un mélange viandes + CMV : il s’agit de complémenter de la viande crue avec un CMV adapté (Felini ou TCPremix),
  2. le BARF : alimentation crue + légumes, mis en place par Dr. Ian Billinghurst, vétérinaire australien,
  3. le raw feeding : alimentation crue sans légumes, mis en place par Dr. Tom Lonsdale, vétérinaire australien,
  4. le whole feeding : proies entières (poussin, caille, pigeon, souris, poisson…).

Les avantages de l’alimentation crue sont identiques par rapport à ceux de l’alimentation humide avec quelques différences :

  • elle est source de nutriments biodisponibles,
  • on peut également mieux contrôler l’origine et le mode d’élevages des animaux élevés,
  • on évite les substances et ingrédients indésirables de l’alimentation industrielle notamment la cassia, le carraghénane, la gomme de guar et le xanthane,
  • elle convient à tout âge,
  • elle moins génératrice de déchets.

Conclusion
Il est tout à fait possible de se passer de croquettes, d’autant plus que l’on dispose aujourd’hui de solutions plus saines et plus respectueuses de nos compagnons. Alors c’est parti pour la révolution ?

Crédit photo