Gérer le cheval par temps chaud

Crédit photo

Fortes chaleurs, canicules… les conditions météorologiques peuvent mettre à mal nos compagnons, une situation à prendre au sérieux, car chaque année des chevaux en succombent.

Maintenir son cheval hydraté
La thermorégulation du cheval par temps chaud fonctionne avec deux outils : la transpiration et la respiration. En transpirant, le cheval perd de l’eau et s’expose à un risque élevé de déshydratation. Celle-ci est non seulement dangereuse pour le fonctionnement global de l’organisme, mais elle peut également entraîner une impaction (colique) et des problèmes graves de la fonction urinaire et rénale. Le test du pli est un bon indicateur pour détecter la déshydratation : pincez et tirez la peau du cheval vers son épaule et relâchez, si la peau ne revient pas à la normale dans les 2 ou 3 secondes, le cheval est déshydraté.
Pour lutter contre la déshydratation, il est important de maintenir une eau propre et disponible en quantité suffisante. L’eau chaude est propice au développement des algues, ce qui peut être un frein à la prise de boisson. On peut aussi laisser du sel en libre service ou en disposer en vrac dans la ration pour déclencher plus de soif.

Rafraîchir son cheval
Pour rafraîchir son cheval, il y a la douche (+ couteau de chaleur) et puis il y a d’autres astuces plus économiques et tout aussi efficaces :

  • si le cheval n’est pas en sueur, utiliser le jet comme un brumisateur (technique utilisée dans les courses d’endurance),
  • doucher en ciblant les zones de chaleurs : membres, poitrail, entre les cuisses,
  • quand c’est possible, préférer sortir le cheval la nuit.

Soleil : attention aux photodermatoses
Les dermatoses solaires sont des réactions phototoxiques dues à une forte exposition au soleil. Les zones touchées deviennent érythémateuses et squameuses, en cas de brûlures sévères il peut y avoir une nécrose et une exsudation.
Les chevaux à risque peuvent être équipés d’une couverture anti-uv, de protections de membres et/ou de crème solaire (renouvelée régulièrement).

Les mouches agacent
Les mouches sont encore plus nombreuses par temps chaud, pour le cheval elles sont sources d’agacement et l’obligent à s’agiter pour les faire fuir. Il faut donc veiller à protéger le cheval des insectes en le plaçant si possible à l’abri la journée et/ou en l’équipant d’un masque, d’une couverture et/ou en lui pulvérisant un produit répulsif.

Entraîner son cheval par temps chaud, possible ou pas ?
Le Prof. Michael Lindinger explique qu’il faut seulement 17 minutes d’entraînement modéré pour que la température corporelle du cheval grimpe à des niveaux dangereux. C’est 10 fois plus vite qu’un humain. Les chevaux craignent donc bien plus la chaleur que nous. Et les effets peuvent être sérieux, car la température peut grimper jusqu’à 41°C et ceux des muscles jusqu’à 43°C qui commencent à les dénaturer (cuisson).
En général, les cavaliers prennent l’habitude d’entraîner leurs chevaux le matin ou tard le soir pour éviter les désagréments, mais quand ils participent à un concours qui se déroule en plein milieu de la journée, ils n’y pensent pas toujours. Lindinger recommande donc de réaliser une période d’acclimatation, en passant 4 heures par jour, au moins 5 jours par semaine pendant 3 semaines, dans des conditions chaudes afin que l’organisme du cheval s’acclimate à ces conditions difficiles.
SOURCE : University of Guelph

Comme pour le travail, le transport est déconseillé en cas de fortes chaleurs. Auquel cas, le véhicule doit être bien ventilé et les animaux abreuvés régulièrement. La conduite de nuit est également préférable.

Les signes de coup de chaleur
Quand les températures sont très élevées, le cheval peut développer un coup de chaleur. C’est un risque pour tous les chevaux, qu’ils soient au travail ou au repos. Les symptômes sont les suivants :

  • léthargie et faiblesse,
  • ne veut pas ou peu bouger,
  • plus de 60 respirations/min, narines dilatées,
  • fréquence respiratoire plus élevée que le rythme cardiaque,
  • perte d’appétit et/ou de soif,
  • température corporelle élevée : 39-40°C et plus.

Que faire ? Placer le cheval à l’ombre, et doucher plusieurs fois jusqu’à que la température diminue. Il est très important de passer le couteau de chaleur à chaque douche, car l’eau prisonnière de la peau se réchauffe à son contact : ce qui provoque un effet de cocotte-minute et ne refroidit pas le cheval ! Si on suit correctement ce procédé, la température corporelle peut descendre de 2 degrés en 10 minutes, mais si la température ne descend pas, contactez rapidement votre vétérinaire.
Les chevaux à robe foncée, les chevaux en surpoids et obèses ou les chevaux non acclimatés à leur nouvelle région craignent plus facilement les effets de la chaleur. Pourquoi les chevaux en surpoids ? Parce que le surplus de graisse empêche la chaleur produite par les muscles de s’évacuer plus facilement, elle isole en hiver, mais c’est un vrai problème l’été (et pour la santé générale). Enfin, ne pas hésiter à tondre les chevaux au poil épais ou atteint d’hirsutisme (cushing).

La joie d'un accès à un cours d'eau.
La joie d’un accès à un cours d’eau.
Publicités

4 réflexions sur “Gérer le cheval par temps chaud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s