Le chat joue un rôle actif dans la surpêche

Souvent très apprécié par les chats, le poisson est pourtant un aliment à éviter, en voici les raisons.

Désastre écologique
La surpêche cause de graves désastres écologiques, elle détruit les fonds marins, piège des espèces menacées et amenuise les stocks de poisson. Le pire est que la majorité de la production n’atterrit pas dans notre assiette, mais dans celle de l’élevage et de nos animaux de compagnie. En effet, plus de 50% de la pêche est exploitée uniquement pour nourrir d’autres poissons (d’élevages), des bœufs, porcs, moutons… et des chats domestiques.

Une étude menée par le Dr Giovanni Turchini et le Professeur Sena De Silva de l’Université Deakin en Australie a même montré que les chats domestiques consomment en tout plus de de poissons que les phoques. Selon le rapport, 2,48 millions de tonnes de poissons sont utilisées pour produire des aliments pour chats, chaque année dans le monde. En comparaison, les phoques gris de l’Atlantique Nord consomment à peine 314 000 tonnes de poissons… Et au total, les principales espèces de phoques combinent un total estimé à 1,7 million de tonnes, soit 780 000 tonnes de moins que les chats domestiques du monde entier. Autre exemple : en Australie les chats domestiques consomment à eux seuls en moyenne 13,7 kg de poisson par an, ce qui dépasse la consommation annuelle par Australien qui est 11 kg/an. Des chiffres astronomiques pour un si petit animal.
SOURCE : Sea Sheperd

Le poisson, bourré de résidus chimiques et de plastique
Deuxième raison d’éviter le poisson : ses poisons. Le poisson a depuis longtemps perdu sa réputation d’aliment sain, en cause la pollution des océans (qui affectent les poissons sauvages) et l’usage de produits chimiques utilisés dans l’élevage (microplastiques, métaux lourds, PCB, pesticides, antibiotiques, colorants, hormones de croissance, OGMs et même radioactivité).

Les produits utilisés dans l’élevage sont potentiellement cancérogènes et certains médecins et scientifiques déconseillent la consommation de poissons gras d’élevages aux femmes enceintes à cause des résidus chimiques, susceptibles d’entraîner des problèmes de développement chez le fœtus.

En plus des résidus chimiques, le poisson ne constitue pas non plus un aliment des plus adaptés au chat, pour plusieurs raisons :

  • la thiaminase contenue dans le poisson cru dégrade la vitamine B1,
  • sa consommation peut entraîner une hyperthyroïdie (excès en iode),
  • c’est un allergène fréquent.

Certains experts comme Lisa A. Pierson recommande de limiter le poisson 1 à 2 fois par semaine, elle-même ayant décidé de ne pas en donner à ses chats.

Le chat pêche qui vit en Asie du sud-est est une espèce en danger d'extinction et le seul chat habilité à manger un régime riche en poissons.
Le chat pêche qui vit en Asie du sud-est est une espèce en danger d’extinction et le seul chat habilité à manger un régime riche en poissons.

Sur le même sujet :

Crédit photo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.