Couvrir le cheval au pré

Quand le froid pointe le bout de son nez, on se pose tous alors la question fatidique : couvrir, pas couvrir, et avec quoi ?

Avant de commencer, il faut parler du mécanisme de thermorégulation du cheval pour comprendre comment le cheval se réchauffe et aussi agir au mieux !

Je vais parler ici du cheval qui vit majoritairement ou intégralement au pré, à l’extérieur.

Quand peut-on décider de couvrir ?

Quand le cheval ne dispose pas d’abris naturel ou artificiel, dans ce cas le cheval pourra difficilement se protéger des aléas climatiques. Une couverture pourra l’aider à mieux se protéger.
Couvrir un cheval au pré peut aussi l’inviter à se coucher comme à son habitude, car la couverture l’isole du sol mouillé.

Quand le cheval est raide au travail. La couverture va protéger ses muscles du froid. Pour les chevaux atteints de dorsalgies, couvrir est presque obligatoire !

Quand le cheval supporte mal le froid ou n’est pas en état de le supporter. Les signes d’un cheval qui a froid ou qui n’est pas confortable peuvent être : grelottements, dos voussé, se met contre le vent et ne veut plus avancé, oreilles froides, queue plaquée, expressions  de mécontentement (cheval ronchon, voire plus agressif).

Pour les chevaux près du sang qui ont tendance à facilement perdre du poids en hiver, la couverture permet de réduire leurs dépenses énergétiques et donc, permet de limiter la perte de poids. Mon conseil dans ce cas là, c’est de vérifier la qualité de la ration plutôt que la quantité !

Une couverture protège le cheval du sol humide et froid.

A faire

La couverture doit être régulièrement contrôlée, tous les jours au mieux.
Il faut vérifier qu’elle est toujours bien positionnée, qu’elle ne blesse pas, qu’elle n’a pas pris l’eau et que son grammage correspond bien au cheval.

Il faut aussi pouvoir l’enlever régulièrement afin de laisser respirer le poil. Un pansage régulier permet de maintenir son hygiène.

A éviter

Les couvertures mal adaptées (trop serrées, trop grandes, mal coupées) et les couvertures superposées. La couverture est un équipement que le cheval porte de longues heures, voire des journées entières, il doit donc être confortable et adapté !

A savoir que certaines marques proposent des coupes adaptées aux épaules larges, comme Schneiders ou Bucas.

Le comportement du cheval est aussi un bon indicateur : est-ce qu’il recule à la vue de la couverture ou montre des signes de mécontentement (oreilles couchées, lèvres pincées, morsure…) ?
Cela peut signifier que la couverture ne convient pas, le gêne, le blesse ou que le temps est tout simplement assez clément pour qu’il préfère rester découvert.

Des chercheurs finlandais ont d’ailleurs appris à leurs chevaux à dire « oui » ou « non » à la couverture, on peut donc tout à fait apprendre ou juste observer cela avec son cheval.

Le grammage

Le choix du grammage dépend de l’état corporel du cheval, de son lieu de vie et de sa sensibilité au froid.
Nos hivers étant aussi de moins en moins froids, les couvertures à fort grammage risquent d’être de moins en moins utiles.

Pour un cheval non tondu, on oscillera entre 0g, 50g, 150g voire 200g (pour ceux qui manqueraient d’état).

Il est aussi possible de faire des saisons complètes avec une seule et unique couverture, c’est vraiment une observation à faire au cas par cas.

On peut équiper la couverture d’un capteur de température afin de contrôler le choix du grammage.

Sans capteur et si l’on craint que le cheval n’ait trop froid, on peut vérifier si tout est ok :

  • en passant  la main la main sous la couverture,
  • en touchant le bout des oreilles,
  • en vérifiant que la queue n’est pas plaquée.

Et si l’on craint que le cheval n’ait trop chaud, il faut vérifier les zones de chaleurs (cuisses, poitrails) soient bien sèches.

La solidité

Pour évaluer la solidité d’une couverture, il y a l’indication des « deniers » : plus la valeur est haute, plus le tissu est solide.

La composition du tissue comme le nylon balistique et le polypropylène sont également des indicateurs de solidité.

Le détail en plus : le rabat de queue

C’est le petit détail important d’une bonne couverture parce que le cheval tourne souvent le dos au vent pour se protéger.
Un large et solide rabat de queue est donc un vrai plus dans une couverture.

Quelle marque choisir ?

Parmi celles qui ont les meilleures réputations, je citerais :

  • Bucas
  • Horseware
  • Premier Equine
  • Schneiders
  • Weatherbeeta

Bon à savoir : Bucas et Horseware proposent des couvertures fabriquées à partir de matériaux recyclés.