Minimalisme | Le digital

DirtyBiology (dont je vous recommande la chaîne si vous ne la connaissez pas) a fait une excellente vidéo sur la question de la sur-stimulation et de ses conséquences sur notre cerveau. Elle sera mon point de départ pour cet article, je vous laisse la visionner :

Dopamine et sur-stimulation
Si la sur-stimulation épuise notre cerveau, la dopamine nous empêche de réduire le rythme.
La dopamine est une hormone qui active le circuit de récompense de notre cerveau.  Le problème est que notre société moderne y est complètement accroc : sucre, achat compulsif, notifications… derrière ces envies, il y a la dopamine.

Et le problème c’est qu’on trouve exactement le même schéma de fonctionnement chez les consommateurs de drogue avec les mêmes effets d’accoutumance et de dépendance.

Alors comment se sevrer ?

Peut-être en prenant du recul.

Ma relation aux réseaux sociaux
Je suis bloggeuse et j’aime moyennement les RS. Je suis seulement inscrite sur Facebook, c’est tout.

Mon utilisation de Facebook est ultra-minimaliste :

  • mon fil d’actualité est complément vide : je ne suis aucune page ou ami,
  • je suis abonnée à quelques groupes (moins de 10) afin de me documenter sur des sujets précis,
  • ma liste de contact est réduite à mes ami.es proches avec lesquels.les je converse via messagerie instantanée,
  • je ne like rien et ne commente rien non plus,
  • je supprime toutes les semaines mes historiques et conversations.

Pourquoi est-ce que je suis si détachée ?
Je suis arrivée « tard » sur Facebook, j’ai toujours su vivre sans. J’ai même développé le blog pendant plusieurs années sans aucun réseau social.
Mais la vraie raison est que je me rends compte à quel point c’est chronophage et que cela nous empêche de vivre notre vie (!).

Et puis, les polémiques autour de l’utilisation des données, des fausses informations, des influences politiques… me dérangent aussi et m’ont fait songé plusieurs fois à me désinscrire.

Cela ne veut pas dire qu’il y a que du mauvais dans les RS, certains partages sont de vraies sources d’inspiration et c’est super que cela existe ! La question est de trouver un équilibre.

Je voulais également ajouter un point sur la visibilité et le fait que cela peut aussi rendre accroc quand on est « influenceur.se ».
Sur ce point là aussi, je me suis détachée. Nous sommes avant tout des créateurs et des créatrices de contenus originaux. Créer du contenu écrit ou vidéo doit rester un plaisir, ce n’est pas grave si la visibilité est bonne un jour et moins bonne un autre.
Je pense qu’il n’y a rien de bon à suivre la cadence Internet : du « je dois publier un article ou une vidéo par semaine », du « je dois animer mon Instagram », « et puis je ne dois pas oublier Facebook »…  Qu’est-ce que l’on a prouvé en fait ? Absolument rien. Le monde peut tourner sans nous, donc autant profiter.

Comment suivre l’actu sans TV ou réseau social
Pour suivre l’actualité ou la publication de contenu qui m’intéresse, j’utilise un agrégateur de flux.

Un agrégateur de flux permet de suivre le contenu d’un site ou d’un blog via son flux RSS. On peut ainsi construire son propre tableau de bord et suivre un contenu personnalisé et ordonné.

Il existe plusieurs agrégateurs de flux, mais celui que je préfère, c’est Feedly.

Et le reste ?
Quand je sors ou je voyage, je ne prends pas de photos, ni de vidéos. Je préfère profiter de l’instant présent. D’ailleurs, je n’ai même pas d’appareil photo.

Je n’ai aucune application sur mon smartphone hormis celles installées par défaut et FB. En fait, c’est mon travail qui m’offre un téléphone intelligent, sinon je vivrais très bien avec un téléphone basique.

Je n’ai pas la TV, je regarde les émissions que je souhaite en replay. C’est pas forcément ce qu’il y a de plus écologique, mais au moins cela me permet de choisir mes programmes et mes heures de visionnage.

J’aime aussi m’accorder « des pauses cérébrales », laisser mes pensées divaguer, m’ennuyer… ce sont des moments qui ressourcent le cerveau.

Et enfin : dormir, ce besoin primaire que nous négligeons de plus en plus. Il a pourtant d’énormes impacts sur notre santé : stabilisation du poids, résistance au stress, immunité, vieillissement, équilibre cardiovasculaire… C’est donc aussi un point sur lequel je veille dans mon quotidien, car je supporte aussi de moins en moins les symptômes du manque de sommeil.

Conclusion
Le digital doit nous simplifier la vie, pas nous rendre dépendants ou faire de nous des coquilles vides.
J’aime les nouvelles technologies et le confort qu’elles apportent, mais je veux conserver une certaine hygiène de vie et surtout, je veux profiter d’abord de ma vie « à moi ».

Commenter l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.