Compléments pour sabot : miracle ou arnaque ?

C’est la recette pour avoir de beaux pieds ? Nourrir le pied de l’extérieur avec des onguents ou nourrir de l’intérieur avec des cures de biotine ? Stop ! Il y a trop de on-dits et de légendes autour du pied du cheval.

Pied sec ou cassant : appliquer de la graisse ou un onguent n’est pas une solution

Si le pied casse, c’est qu’il y a un problème d’entretien : la paroi est trop longue et casse où la pression est trop forte. C’est donc un effet mécanique qu’aucun onguent ou graisse peut résoudre.

Si le pied est sec, soit c’est parce que le temps est sec. Donc c’est normal.

Problème de pousse, de qualité de corne : la cure de biotine, cette mauvaise habitude

Une corne qui pousse lentement ou qui est couverte de strie indique un déficit dans l’alimentation.

Le cheval est exposé à des carences fréquentes qui affectent la fabrication de la corne, ces carences concernent la méthionine, le cuivre et le zinc.

La biotine est considéré en dernier lieu parce que c’est une carence rare chez le cheval et parce que ce n’est pas le composant le plus important.

Aussi, ce n’est parce qu’on donne de la biotine à son cheval que sa production naturelle va s’arrêter. C’est un mythe.

Les compléments pour sabot : miracle ou arnaque ?

Les compléments pour pieds coutent chers et sont souvent mal formulés.

Ils contiennent de la biotine, mais comme expliqué plus haut, ce n’est pas l’élément le plus essentiel et le plus important pour nourrir le pied.

Par contre en ce qui concerne la méthionine, le cuivre et le zinc, trouver un complément bien fichu est un vrai casse-tête.

Pour donner une idée, voici les besoins journaliers minimaux pour un cheval de 500 kg :

  • 5 g de méthionine,
  • 200 mg de cuivre,
  • 600 mg de zinc.

Et j’ai vu des compléments ravis de fournir :

  • 0,3 g de méthionine,
  • 15 mg de cuivre,
  • 100 mg de zinc.

C’est mieux que rien, mais il ne faut pas en espérer des miracles.

De préférence aussi vérifier la biodisponibilité des oligoéléments proposés ainsi que le bon équilibre cuivre/zinc.

Et en dernier lieu : le prix ! Qui pique dans la plupart des cas.

En cure ou pas ?

Le pied a besoin des bons nutriments, aux justes doses tout au long de l’année.

Faire des cures est une mauvaise habitude parce que cela va entraîner des effets de yoyo nuls et inutiles.

Je suis perdu(e), donc on fait quoi au final ?

La solution pour avoir des pieds c’est de composer une ration équilibrée toute l’année.

Il vaut donc mieux passer par un bon balancer (cmv + acides aminés) que par des compléments spécialisés. C’est moins cher et plus efficace.

Pour trouver le meilleur calcul, passez par une nutritionniste indépendante.

Le petit plus : ajouter des chondroprotecteurs

Les chondroprotecteurs peuvent également améliorer l’état du pied. Notamment parce que celui-ci est composé de cartilage.
Parmi les chondroprotecteurs, il y a le méthylsulfonylméthane (MSM), la glucosamine et la chondroïde.

La glucosamine et la chondroïde sont souvent issues de crustacés ou de tendons de porc. Mais on peut trouver de la glucosamine produite en Europe et issue de plantes. Concernant le MSM c’est un sous-produit de la pulpe de bois.

Conclusion

La santé des pieds est aussi un indicateur de la santé globale du cheval. Donc, quand l’état du pied se fragilise, il faut faire des recherches plus en amont.

Conclusion : une cure de biotine n’est pas une solution, équilibrer la ration de son cheval est plus efficace.