Perte d’équilibre, difficulté dans le galop, rétivité… connaissez-vous l’ECVM ?

L’ECVM

L’Equine Complex Vertebral Malformation (ECVM) est une déformation des vertèbres, plus précisément des vertèbres cervicales C6 et C7 et qui dans certains cas, touche aussi les premières côtés. Elle est congénitale, c’est-à-dire présente dès la naissance.

70% des malformations se situeraient sur le côté gauche, 20% sur les deux côtés et 10% sur le côté droit.

Cette malformation a été découverte récemment chez le cheval, grâce aux travaux de l’anatomiste Sharon May-Davis.

Elle existe aussi chez d’autres animaux, on la connait chez les veaux de race Holstein (CVM) depuis longtemps.

Ci-dessous quelques captures de la vidéo. En vert, une vertèbre normale et en rouge une malformation C6/C7. Ensuite on joue au jeu des différences : il y a des éléments en trop, d’autres absents et on remarque une asymétrie générale. C’est ça, l’ECVM.

Ci-dessous deux vertèbres C6, l’une normale et l’autre touchée par l’ECVM.

 

Une malformation détectée chez de plus en plus de chevaux

On estime que 20 à 40% des chevaux de sport européens seraient affectés par cette déformation. Ce qui représente une proportion importante de chevaux !

Des cas ont été enregistrés dans la quasi totalités des stud-book de chevaux allemands, américains, belges, canadiens, espagnols, français, néerlandais, irlandais, polonais, suisses…
Chez les poneys, des cas ont été recensés chez le NRPS,  le DRP, l’islandais et le welsh.
Il y a aussi cas des chez le frison, le clydesdale, le shire.

Les races de chevaux issues de lignées de pur-sang anglais semblent particulièrement affectées.

L’ECVM semblerait avoir pour origine la domestication et la sélection génétique. Elle n’a pas été observée (ou de manière très exceptionnelle) sur les squelettes de chevaux/équidés pré-domestication.

Symptômes

L’ECVM entraîne d’importants problèmes biomécaniques qui peuvent à termes conduire à l’euthanasie du cheval.

Les (pires) symptômes surviennent surtout quand le cheval atteint un âge mature, vers 7-9 ans, mais ils peuvent survenir aussi très jeune. Certains experts du sujet sont capables de le voir dès la naissance du poulain.

Signes physiques :

  • perte de coordination et/ou de proprioception : le cheval trébuche souvent, chute, tient mal le galop,
  • asymétrie de la cage thoracique et de la colonne vertébrale,
  • boiterie,
  • sensibilité à la palpation,
  • déséquilibre des pieds, syndrome high/low possible,
  • problèmes dentaires,
  • problèmes hormonaux et internes,
  • la malformation peut affecter la trachée,
  • visage asymétrique avec blocages récurrents de l’articulation mandibulaire et de l’encolure,
  • port de tête incliné,
  • musculature partiellement absente, « parties vides » dans l’encolure et modifications de l’apparence anatomique (palpable),
  • se tient debout de façon asymétrique devant ou sous lui du devant,
  • croise les antérieurs, ataxie, syndrome de Wobbler.

Signes comportementaux :

  • mâchonnements frénétiques, se mord lui-même,
  • comportement rétif (souvent imprévisible en raison de la douleur et de la compression nerveuse),
  • devient plus difficile en vieillissant.

SOURCE : ECVM /HWS Instabilitäten / Facettengelenkarthrosen beim Pferd et ECVM – all breeds

En plus, de l’ECVM, d’autres maladies sont souvent observées :

  • des ulcères gastriques,
  • de l’arthrose des facettes articulaires des vertèbres cervicales,
  • des lésions du boulet,
  • conflit supra-épineux (CPE) ou kissing spine,
  • PSSM 2 (qui semblerait accentuer les symptômes).

N’hésitez pas à aller faire un tour sur les liens « pour aller plus loin » pour voir quelques exemples posturaux de chevaux positifs ECVM.

Diagnostic

Pour réaliser un diagnostic, il faut réalisée des radiographies des cervicales C6 et C7 afin d’identifier une malformation.

Une radiographie de la 1ère et 2ème côté peut également être envisagée car des malformations affectent aussi cette zone (voir ci-dessous).

Traitement

Il n’existe aucun traitement curatif pour l’ECVM, les solutions qui existent à l’heure actuelle consistent principalement à adapter le travail, de réaliser des exercices posturaux afin de développer la proprioception et la symétrie du corps et des soins réguliers (pieds et dents).

Conclusion

La découverte de l’ECVM est une avancée majeure dans la recherche équine. Mieux on connaitra le cheval, mieux on identifiera l’origine de pertes de performance ou de problèmes comportementaux.

Prochaine étape : médiatiser davantage le sujet et revoir nos critères d’élevage ?

Témoignage de Katrin Kuenstle et de sa jument Sox atteinte de ECVM et malheureusement décédée à cause de la maladie

Pour aller plus loin